Faillite de 169 entreprises avec un chiffre d'affaires de plus de 50 millions d'euros au premier semestre 2018

 

 

Bruxelles, 15 août 2018 - Au cours des six premiers mois de l'année 2018, 169 entreprises ayant réalisé un chiffre d'affaires de plus de 50 millions d'euros ont fait faillite, dont 3 en Belgique. Ces chiffres proviennent d'un rapport d'Euler Hermes, filiale d'Allianz, qui couvre les entreprises contre les risques et les pertes financières.
 
shutterstock_706221853 LinkedIn.jpg
 
Les 10 principales conclusions
 
1.       Au cours des six premiers mois de 2018, 169 entreprises du monde entier avec un chiffre d'affaires supérieur à  50 millions d'euros ont fait faillite.
2.       Cela représente une légère augmentation par rapport aux six premiers mois de 2017 (166).
3.       Cependant, l'impact de ces faillites est bien plus important que l’année passée, puisque ces 169 entreprises en faillite ont réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 62,3 milliards d'euros, soit une augmentation de 24%  par rapport à 2017.
4.       Près de la moitié (77) de ces faillites majeures touche des entreprises en Europe.
5.       L'Europe affiche également la plus forte augmentation: 8 faillites majeures en plus par rapport au premier semestre 2017.
6.       3 de ces faillites touchent des entreprises belges, toutes dans le secteur diamantaire à Anvers.
7.       Les plus importantes faillites se sont produites aux États-Unis: 6 des 10 plus grandes entreprises sont américaines.
8.       Le secteur le plus touché est la distribution (28), suivi de la construction (24) et de l'agroalimentaire (18).
9.       La baisse des faillites  dans le secteur des services est frappante (-18 cas).
10.   La plus grande faillite est survenue au Royaume-Uni: le groupe de construction Carillion avec un chiffre d'affaires de plus de GBP 5,2 milliards.
 
 Commentaire de Bernd Lehmann, CEO Euler Hermes Belgium & Luxembourg:
 
"Ces chiffres sur les grandes faillites montrent que ‘too big to fail’ est un mythe. Même si le nombre total de faillites majeures n'augmente que légèrement, les résultats sont désormais plus alarmants que l'année dernière, car ces entreprises représentent un chiffre d'affaires consolidé supérieur de 24% à celui de 2017. Le risque est l'effet domino que ces faillites peuvent engendrer. Ces grandes entreprises sont souvent d’importants acteurs au sein d’une chaîne d'approvisionnement, et leurs faillites peuvent avoir des conséquences sévères sur la trésorerie de leurs clients. Il est également frappant que 3 de ces faillites majeures se soient produites en Belgique et uniquement dans le secteur diamantaire à Anvers. Traditionnellement, ces entreprises ont plus de difficultés à obtenir des financements, et la disparition de la Diamant Bank en 2015 et l'introduction de la taxe carat ont également eu un impact. "